Coopoly - Logo
Les Violents de l’automne
Les Violents de l’automne
Prix membre: 14,99$ (qu'est-ce que c'est?)
Prix régulier: 14,99$
   (Quantité: 1)
Disponibilité:
Ebook en format EPUB. Disponible pour téléchargement immédiat après la commande.
Éditeur:
Éditions Jigal
Protection:
Filigrane
Année de parution:
2017
ISBN-13: 9791092016987
Description:
<b>Le lieutenant Sebag mène une nouvelle enquête qui le fait voyager dans le passé, à l'époque de la guerre d'Algérie...</b><br/><br/>À Perpignan, l’automne est une saison tumultueuse. Le vent violent le dispute à la pluie diluvienne. Un temps à ne pas mettre un flic dehors. Pourtant un retraité pied-noir est retrouvé dans son appartement, assassiné d’une balle dans la tête… Le sigle OAS laissé près du cadavre, la destruction quelques jours plus tard d’une stèle controversée et la découverte d’un autre ancien Français d’Algérie abattu au volant de sa voiture sèment la panique dans la communauté.<br/>Le lieutenant Sebag, qui a par ailleurs promis à sa fille de faire toute la lumière sur l’accident mortel survenu à un de ses amis, est officiellement chargé de l’enquête. Flic réputé et intuitif, il va, en traquant le tueur avec son équipe, faire ressurgir du passé un mystérieux commando ayant sévi, il y a bien longtemps, du côté d’Alger. C’est dans ce contexte que les derniers mois de poudre et de sang de la guerre d’Algérie, ses horreurs, ses espoirs, ses trahisons et ses errances vont remonter à la surface jusqu’à la nausée…<br/>Cinquante ans plus tard, il est temps de régler l’addition…<br/><br/><b>Découvrez sans attendre le troisième roman de Philippe Georget, l'auteur de <i>L'été tous les chats s'ennuient</i>, prix SNCF du Polar 2011 !</b><br/><br/>EXTRAIT<br/><br/>Sebag leva les yeux. Molina se dirigeait vers son propre bureau.<br/>— Un cadavre, dans un appartement du Moulin-à-Vent, place de Montbolo. Découvert ce matin par une voisine.<br/>Il s’empara d’un flacon de parfum et s’offrit une longue giclée sous sa chemise.<br/>— Le type est mort depuis au moins trois jours. C’est l’odeur qui a donné l’alerte.<br/>Sebag prit une boîte de mouchoirs en papier, il en sortit deux sur lesquels il versa quelques gouttes d’huile essentielle de lavande.<br/>— Je suis paré, fit-il tout en lançant l’impression du dossier de Mathieu. Mort naturelle, suicide ou homicide, on a une idée ?<br/>— D’après les pompiers, y’a de la cervelle partout sur les murs et la victime a une plaie bien nette à l’arrière du crâne.<br/>Sebag se leva.<br/>— Je vois. Il y a plus naturelle, comme mort, effectivement. Quant au suicide, à moins d’être contorsionniste…<br/><br/>CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE<br/><br/>En boxe comme dans le polar, on les appelle des stylistes… Ils touchent avec grâce… Philippe Georget en fait partie ! - <b>Olivier Maison, <i>Marianne</i></b><br/><br/>Une écriture maîtrisée, fluide, des dialogues franchement captivants. Beaucoup de valeurs sur la nature humaine… On n'en ressort pas indemne. - <b>Pascal K., <i>Passion Romans</i></b><br/><br/>C'est une version intime de la guerre d'Algérie, une vision de l'intérieur, en passant la parole à ceux qui ont vécu dans leur chair la douleur de l'abandon et côtoyé les violences. - <b>Dominique Baillon-Lalande, <i>Encres Vagabondes</i></b><br/><br/>À PROPOS DE L'AUTEUR<br/><b><br/>Philippe Georget</b> est né en 1963 en région parisienne. Après des études d'Histoire, il participe à une mission humanitaire au Nicaragua. Il voyage ensuite en Irlande du Nord, puis se rend à Jérusalem, en Cisjordanie et à Gaza. En 2001, il embarque sa femme et leurs trois enfants dans son camping-car et fait le tour de la Méditerranée en passant par l'Italie, la Grèce, la Jordanie, la Libye. Il opte ensuite pour le journalisme et poursuit sa carrière à France 3 comme journaliste-rédacteur, présentateur et caméraman (ce qui a sans doute influencé son écriture si originale ?). Il est également investi dans le sport, la course et la boxe entre autres.<br/>Il est l'auteur de quatre romans, <i>L'été tous les chats s'ennuient</i> (Jigal, 2009), prix du Premier Roman policier et prix SNCF du polar, <i>Le Paradoxe du cerf-volant</i> (Jigal, 2011), <i>Les Violents de l'automne</i> (Jigal 2012) et <i>Tendre comme les pierres</i> (Jigal, 2014).