Coopoly - Logo
Rien ne se perd
Rien ne se perd
Prix membre: 14,99$ (qu'est-ce que c'est?)
Prix régulier: 14,99$
   (Quantité: 1)
Disponibilité:
Ebook en format EPUB. Disponible pour téléchargement immédiat après la commande.
Éditeur:
Éditions Jigal
Protection:
Filigrane
Année de parution:
2017
ISBN-13: 9791092016949
Description:
<b>Un récit de la détresse sociale, entre guerres de territoires, vengeances et injustices...</b><br/><br/>Une petite ville semblable à tant d’autres… Et puis un jour, la bavure… Un contrôle d’identité qui dégénère… Il s’appelait Saïd. Il avait quinze ans. Et il est mort… Moi, Mattia, onze ans, je ne l’ai pas connu, mais après, j’ai vu la haine, la tristesse et la folie ronger ma famille jusqu’à la dislocation…<br/>Plus tard, alors que d’étranges individus qui ressemblent à des flics rôdent autour de moi, j’ai reconnu son visage tagué sur les murs du quartier. Des tags à la peinture rouge, accompagnés de mots réclamant justice ! C’est à ce moment-là que pour faire exploser le silence, les gens du quartier vont s’en mêler, les mères, les sœurs, les amis…<br/>Alors moi, Mattia, onze ans, je ramasse les pièces du puzzle, j’essaie de comprendre et je vois que même mort, le passé n'est jamais vraiment enterré ! Et personne n’a dit que c’était juste…<br/><br/><b>Ce roman noir, véritable révélation, a remporté plusieurs prix en 2017 : le Trophée 813 du meilleur roman francophone, le Prix Mystère de la Critique, le Prix Mille et une feuilles noires, le Prix Blues & Polar, le Prix Dora Suarez et le Prix Étudiant du Polar 2016.</b><br/><br/>EXTRAIT<br/><br/>Je l’ai remarqué hier après-midi quand on s’est garés près de l’hôpital. Un tag exécuté à la peinture rouge sur la façade d’une usine qui en comptait déjà des milliers d’autres. Il représentait le visage d’un adolescent souligné de ces mots: « Justice pour Saïd.»<br/><br/>Ça m’a fait bizarre, forcément. Je le connaissais bien, ce tag. Il recouvrait tous les murs de mon quartier quand j’étais petit, mais le temps a fait son œuvre, ils ont détruit les tours et aussi les souvenirs.<br/>Le lendemain ils avaient repeint le mur en blanc. Les autres graffitis n’avaient pas d’importance mais celui-ci, ils ne pouvaient pas se permettre de le laisser réapparaître.<br/>J’ai failli le dire à Zé quand on est passés devant. J’ai croisé son regard et les ombres qui s’y promenaient. J’ai préféré me taire.<br/><br/>CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE<br/><br/>Ce roman de Cloé Mehdi m’aura transformé quelque part, par sa sensibilité à fleur de peau et son humanité désespérée. Une jeune auteure qui a tout d’une grande. - <b><i>Émotions, blog littéraire et musical</i></b><br/><br/>Audacieuse et sincère [l'auteure] utilise avec brio la matière sociale et psychologique pour nous offrir un opéra tragique où les destins inextricablement mêlés devront aller au bout de leurs sacrifices. Un roman de jeunesse très prometteur. - <b><i>Baz'Art</i></b><b><i><br/></i></b><b><i><br/></i></b>Il convient de saluer la subtile écriture de Cloé Mehdi : chacun des aspects de cette fiction apparaît d'une juste tonalité, chaque instant du récit décrit le vrai vécu ordinaire des personnages. Coup de cœur évident pour un remarquable «  polar social ». - <b><i>Action Suspense</i></b><b><i><br/></i></b><b><i><br/></i></b>Un sublime roman noir. Une écriture parfaitement maîtrisée au service de personnages magnifiques. Une vraie révélation. Il n'y en a pas si souvent. Ne la ratez pas. - <b>Bernard Poirette</b>, <b><i>RTL</i></b><b><i><br/></i></b><b><i><br/></i></b>À PROPOS DE L'AUTEUR<br/><br/><b>Cloé Mehdi</b> est née au printemps 1992. Elle vit à Lyon. Elle commence à écrire au collège pour faire passer le temps plus vite. S’en suit <i>Monstres en cavale</i>, son premier roman, qui reçoit le Prix de Beaune 2014. Depuis elle se consacre entièrement à l’écriture. Son roman <i>Rien ne se perd</i> a été nominé pour sept récompenses littéraires et a reçu le Prix Étudiant du Polar 2016 et le Prix Dora Suarez 2017.