Coopoly - Logo
En plein soleil
En plein soleil
Prix membre: 13,99$ (qu'est-ce que c'est?)
Prix régulier: 13,99$
   (Quantité: 1)
Disponibilité:
Ebook en format EPUB. Disponible pour téléchargement immédiat après la commande.
Éditeur:
Le Cri
Protection:
Filigrane
Année de parution:
2015
ISBN-13: 9782871066538
Description:
A PROPOS DE L'AUTEUR<br/><br/><b>Léopold Courouble</b> (Bruxelles 1861-1937) <br/>Âgé à peine de sept ans, Léopold a été mis en pension à Vanves. Pensionnaire quelque temps au Lycée Louis-le-Grand, il revient adolescent de Paris en 1877, pour achever ses humanités à l’Athénée de Bruxelles. S’il lui plaira, dans le cycle des Kaekebrœck [...] et quelques autres ouvrages, de peindre avec un réalisme tout imprégné de sympathie les Bruxellois bruxellisants du bas de la ville, il lui déplaisait que son entreprise amenât les esprits simplistes à voir en lui un bon Brusseleer.<br/>Inscrit à l’Université libre de Bruxelles, il en sort en 1884 avec le diplôme de docteur en droit. [...] Le métier d’avocat s’offre à lui. Il plaide quelque peu, mais il eut vite fait, dira George Garnir, de prendre en grippe la robe et le rabat du stagiaire. Il s’embarque alors comme simple matelot sur un navire qui part pour l’Amérique [...] Il s’oriente vers le journalisme [...] Voilà qu’on lui propose, en 1889, un poste de magistrat au Congo. Il l’accepte, et il apporte à ses fonctions un zèle méritoire. Mais des ennuis de santé interrompent sa carrière africaine.<br/><br/>EXTRAIT <br/><br/>C’est à la fin janvier, vers six heures du soir, que j’arrivai à Léopoldville par le chemin de fer.<br/>Le ciel était brouillé, soucieux ; un jour livide enveloppait le beach au milieu duquel une immense baleinière en montage arrondissait ses côtes de tôle encore incomplètes, tel un fossile monstrueux récemment extrait d’une couche primaire.<br/>Le crépuscule commençait ; la nuit allait tomber « comme un évanouissement ». C’est pourquoi je ne m’attardai pas à analyser l’impression que ce paysage nouveau produisait sur mon âme toujours inquiète et un peu dispersée. D’ailleurs, deux gentlemen venaient de s’approcher, qui me souhaitaient la bienvenue. C’étaient MM. Heggen et Pirard, le juge et le substitut du Procureur d’État. Ils donnèrent des ordres pour que mes bagages fussent transportés sans délai dans la maison des magistrats ; puis, m’ayant présenté quelques fonctionnaires et officiers de la Force publique, ils m’invitèrent à faire l’ascension du plateau.